L'Entraide nationale

Publié le par Cécile

L’Entraide nationale a pour mission d’œuvrer pour la satisfaction des besoins immédiats des populations cibles (personnes en situation de précarité : enfants, femmes, personnes âgées, personnes en situation de handicap,…), tout en répondant à leurs besoins et en leur prodiguant une assistance sociale dans différents domaines. Depuis sa création cet établissement public est doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Il est, actuellement, placé sous la tutelle administrative du ministère de la Famille, de la Solidarité, de l’Égalité et du Développement social.

L’institution a célébré son 60e anniversaire en grande pompe le 30 juin 2017. Créée en avril 1957 par Mohammed V, cette institution s’est vite distinguée sur le plan local et national grâce aux missions qui lui sont dévolues. Soucieux de venir en aide aux catégories défavorisées l'ancien Roi a décidé de créer l’EN en tant qu'un des instruments d’intégration socio-économique. Ainsi, cette dernière a été le tout premier opérateur en matière d’action sociale.

Lors de la célébration la ministre de la Famille, de la Solidarité, de l’Égalité et du Développement social, Bassima Hakkaoui, a mis l'accent sur le rôle d'assistance et de veille sociale de l'institution, sur l'espace d'écoute et de soutien qu'il représente pour les catégories vulnérables.

L'Entraide nationale

L'EN est entrée dans une nouvelle organisation. Celle-ci représente plus une nécessité qu'un choix. Plusieurs entraves sont à surmonter au niveau organisationnel. Selon l’argumentaire des responsables au sein de l’organisme sous tutelle du ministère de la solidarité : « l’organisation du siège est peu formalisée et les missions, les attributions et les responsabilités des divisions et des services du siège ne sont pas clairement définies. » Une cartographie des postes de travail et des effectifs est nécessaire pour un fonctionnement optimal des nouvelles structures.

Certains services récemment créés n’ont toujours pas de missions claires et définies en lien avec leur intitulé. Il faut aussi atténuer les chevauchements de responsabilités qui peuvent constituer des sources de redondances, de pertes d’efficacité, de frustrations ou de conflits internes et même parfois d’incompatibilité.

Au niveau territorial, l’organisation des coordinations régionales ainsi que celle des délégations à l’échelle provinciale et préfectorale ne sont pas formalisées avec des délégations qui mettent en place l’organisation qui lui semble la mieux adaptée par rapport aux ressources humaines, qui lui sont affectées et à ses contraintes opérationnelles, ce qui a créé des disparités entre les régions.

D'après l'article de Samir Benmalek, LE MATIN.MA, 10 Juillet 2017

Publié dans Institutions

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article