C'est la fête

Publié le par Cécile

Il ne sont que quelques uns pour l'instant. Plusieurs ados filles et garçons. Je viens d'arriver avec Mimid qui est venu me chercher à l'hôtel. Cet après-midi je passe la journée en sa compagnie. Je lui ai été confiée par Brahim.

C'est la fête
C'est la fêteC'est la fête

Première partie du programme : participation aux festivités organisées par l'association Khoutwa (se dit Routwa) et les élèves d'un collège privé. Je n'ai pas remarqué la disparition de Mimid reparti chercher les petits faisant partis du programme de prévention d'enfants à risque. Et j'ai entamé une conversation avec son jeune collègue Sadik. Jovial et accueillant il me présente le projet. Je lui pose beaucoup de questions. Il s'excuse de son français qu'il trouve très médiocre. Moi au contraire je le juge très convaincant contrairement aux quelques pauvres mots que je suis capable de prononcer en darija. Nous parlons de l'association, des enfants, de mon projet, de son travail. Je découvre un jeune homme dévoué qui transpire l'amour de son métier et surtout des enfants. Je le vois d'ailleurs aller des uns aux autres, faire pour l'un ou pour l'autre. La musique dont les jeunes nous font profiter est tonitruante !!!

Les petits sont arrivés. Ils sont une bonne vingtaine et ont entre 3 et 8 ans. La timidité les retient. Les petits minois tournés vers le sol ils entrent dans la cours que déjà le soleil éblouit. Invités par les jeunes et les adultes bénévoles ils se dirigent vers les tables où sont disposés plusieurs activités ou jeux.

C'est la fête
C'est la fêteC'est la fête
C'est la fête

J'observe les enfants, passe de table en table, pose des questions qui ne sont pas comprises pour la plupart. Je fais des sourires et des grimaces, ça passe mieux ! La voix de l'animateur surpasse le son de la musique. Je ne comprends pas ce qu'il annonce mais les enfants, les jeunes et les adultes se postent tous en cercle autour de la cours. Plusieurs jeux se succèdent portés par la voix de l'animateur qui ne fatigue pas. Et quand il se tait la musique reprend le devant de la scène. Les jeunes chantent, dansent, entraînent les enfants avec eux. A tour de rôle les uns, les autres montent sur scène pour danser, poser pour des photos, faire le pitre. Les petits regardent les plus grands avec beaucoup d'admiration.

C'est la fêteC'est la fête
C'est la fête

Je suis invitée à monter sur scène pour participer à un jeu. Le principe, je le devine, est de répéter un mot, plus un autre, plus un autre et encore un… en allant toujours de plus en plus vite et tout ça en arabe !! Nous sommes cinq sur scène et je suis la dernière à passer. Je regarde, j'écoute, je ne comprends rien, c'est certain je n'y arriverai pas. Quand vient mon tour je saisis le micro que le clown me tend. « Attends un peu moi aussi je vais te proposer un jeu ou plutôt une chanson ». Je me tourne vers les adolescents qui comprennent assez bien le français et rient avec moi. L’animateur et son nez rouge ne comprennent rien eux. Je commence et invite à ce que tout le monde répète ce que je chante « J'ai un gros nez rouge... » Je fais les signes, les jeunes et certains enfants m'imitent. J'ai pris par surprise tout le monde. Le clown me félicite.

Un gâteau précédé par quelques fusées artifices est amené pour célébrer la fin de la journée. Les jeunes se lâchent. La crème du gâteau s'étalent sur les joues des filles, des garçons. Les petits un peu plus tard profitent eux d'un buffet de « douceurs ». Les assiettes débordent de chocolat, de brioche, de cake, de crêpes, de bonbons, de sucettes… Chacun apprécie à sa manière : les uns engouffrent avides de peur qu'on leur vole ce trésor, d'autres commence par ce qu'ils aiment le moins pour finir par ce qu'il aiment le plus, d'autres couvent le trésor des yeux et hésitent à l’entamer. C'est fête pour ces enfants de milieux défavorisés.

C'est la fêteC'est la fête
C'est la fêteC'est la fête

La journée est vite passée. J'ai vécu un moment formidable. Une fois les petits partis, raccompagnés par Mimid, l'après-midi s'est terminée sur une série de chansons. J'ai vraiment apprécié l'enthousiasme qu'ont eu les jeunes à prendre en charge la fête et les enfants. Et j'ai tenu à le leur dire.

Je monte avec Mimid, Sadik, Karima et son fils dans « l'unité mobile »...

C'est la fête

Publié dans Mission solidaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article